RBT Monviso

Le mardi 28 mai 2013, le Conseil international de coordination « Man and Biosphère » de l’UNESCO réuni à Paris a rendu son verdict : le territoire français et italien situés de part et d’autre de la frontière autour du Mont Viso ont été désignés en tant Réserve de biosphère.

Carte de la Réserve de biosphère transfrontière (RBT) Monviso


Cette nomination transfrontalière du territoire du Mont Viso manifeste la volonté des acteurs de renforcer leur coopération à travers un système de gouvernance commun. Le projet permet ainsi la mise en place d’un secrétariat transfrontalier ainsi que diverses structures communes (un comité stratégique permanent des parcs, un comité directeur transfrontalier et des groupes de travail techniques). Les objectifs : adopter des stratégies communes pour la protection des espaces naturels du territoire couvert, valoriser et accroître la coopération transfrontalière, accompagner des porteurs de projets qu’ils soient issus du monde agricole, de l’artisanat, de l’économie durable, etc.

Mon travail a consisté à rédiger le dossier de candidature du territoire Mont-Viso à la reconnaissance MAB, de mener le processus de concertation avec l’ensemble des instances de gouvernance du territoire (communes, communautés de communes, pays) sous la direction du Parc Naturel Régional du Queyras et enfin de coordonner les activités transfrontalières pour la candidature au titre de Réserve de biosphère transfrontalière. Après un an d’effort, le projet a été adopté par les représentants des habitants vivant dans le territoire du Mont Viso.

Réunion publique à Guillestre (juin 2012)

 

La reconnaissance RBT est intervenue un an après en 2014. Les ministres français et ialien de l’écologie et de l’environnement se sont retrouvés au Col Agnel (2744m d’alt.) à la frontière entre les deux pays pour célébrer le partenariat transfrontalier entre les deux pays. En tant qu’enfant d’immigré italien et citoyen français, la célébration de l’union de ces deux peuples, unis par l’histoire et la géographie, a été la marque de la réussite de ce beau projet.

Crédit : Ségolène Royale (Ministère Twitter, 6 juillet 2014)

« Il aura fallu dix années pour parvenir à la désignation de la Réserve de biosphère. Cette idée de valoriser et de faire reconnaître par l’UNESCO cette coopération historique a été une réelle motivation pour de nombreux projets franco‐italiens en termes scientifiques, écologiques, économiques, sociaux et culturels. Le potentiel d’une Réserve de biosphère transfrontalière a trouvé, à travers ces actions, une véritable consistance pour les acteurs du territoire. »

Source : MAB France